Planète Rhône

Vigne et biodiversité

Préservons la vigne


Talus, mon cher talus !

 

Le vert a la côte dans les vignes ! Une révolution lente est en marche chez les vignerons, sans doute d’ailleurs l’avez-vous remarqué lors de vos dernières balades.

Fini le plastique aux pieds des ceps, bonjour herbe, petits talus et jachères fleuries mellifères. Ce n’est pas tant pour le plaisir des yeux que les vignerons sèment ces annuelles colorées, quoique… C’est surtout qu’ils mettent en pratique un nouveau dogme : plutôt que de nourrir la vigne, nourrissons la terre qui la porte, elle le lui rendra. Et mettons en place des techniques qui viendront favoriser cette biodiversité qui, en retour, servira la vigne. C’est ce qu’on appelle la biodiversité fonctionnelle.

 

Moins de chimie :

Attirons les coccinelles, elles mangeront les pucerons. Mettons en place des bandes enherbées, les racines ameubliront la terre, les vers de terre pourront travailler, la vigne s’enracinera plus profondément et captera ces microéléments qui feront toute la spécificité du terroir tant recherché par les amateurs de vins. Plantons des espèces ayant un effet répulsif vis-à-vis des ravageurs du sol, cela évitera les traitements chimiques. Ces avantages ne sont pas les seuls. Des études ont démontré que l’herbe permettait également d’améliorer la portance du sol, diminuait l’érosion et le ruissellement…

Aujourd’hui, les gestionnaires territoriaux, les chasseurs et les agriculteurs œuvrent ensemble au développement de ces bonnes pratiques par le biais de programmes d’actions comme Agrifaune. La vigne est dans un écosystème complexe que le vigneron préserve. Pensez-y en retournant vous balader !

 

Pour en savoir plus sur la biodiversité, rendez-vous sur le site du Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie