Planète Rhône

Le journal des vins de la Vallée du Rhône

Santé ! Avec un s, comme syrah

Trinquer en affirmant « santé ! » pourrait être particulièrement justifié avec les vins provenant du cépage syrah.


Si la coutume de trinquer date du Moyen Ȃge, et devait permettre d’assurer que les boissons n’étaient pas empoisonnées grâce aux éclaboussures dispersées, l’interjection « santé » semble avoir été prémonitoire. De nombreuses études ont mis en évidence les bénéfices du vin, en consommation modérée, contre les maladies cardiovasculaires.

Polyphénols des raisins

Les études scientifiques démontrent en effet que les polyphénols des raisins permettent de réduire l’athérosclérose, et de diminuer le vieillissement cellulaire.

« Les vins rouges contiennent entre 1 500 et 7 000 mg de polyphénols totaux par litre de vin contre 150 à 600 mg pour les vins blancs et les rosés », affirme le cardiologue et chercheur au C.N.R.S., Michel de Lorgeril.

Que sont les polyphénols ?

Les polyphénols ne sont pas des phénols qui respectent rigoureusement des règles de politesse ! Ils constituent un groupe de substances présentes dans les plantes et se caractérisent par la présence de plus d'une unité de phénol par molécule. Parmi eux le resvératrol – principalement présent dans la peau des raisins – doté de puissantes propriétés antioxydantes, et fortement présent dans la syrah.

Syrah riche en polyphénols

La syrah est très fortement présente dans la Vallée du Rhône, sa région d’origine*. On la trouve en cépage principal ou unique des appellations des crus septentrionaux Côte-Rôtie, Saint-Joseph, Hermitage, Crozes-Hermitage et Cornas.  Et dans la partie méridionale de la Vallée du Rhône elle est également très présente. Un atout santé car la syrah figure parmi les cépages qui contiennent le plus de polyphénols. Cependant les scientifiques affirment que seules, ces substances ne suffisent pas à réduire les risques de maladies cardiovasculaires. L’alcool présent dans le vin, ainsi qu’un régime alimentaire équilibré, jouent aussi un rôle prépondérant. Les accords mets-vins prennent encore plus leur sens !

 

 

* La syrah n’a pas les origines qu’on lui prête souvent. Selon le professeur Vouillamoz, biologiste et généticien, spécialiste de l’A.D.N. des cépages, elle ne vient pas de Shiraz en Perse, mais est un croisement entre la dureza, originaire d’Ardèche, et la mondeuse blanche de Savoie.

 

 

Sources : Grapes and cardiovascular disease, par Mustali M. Dohadwala et Joseph A. Vita.

1st International Conference on Polyphenols and Health, organisée par l'INRA.

À lire pour poursuivre : Alcool, vin et santé, éditions Alpen.