Planète Rhône

Le journal des vins de la Vallée du Rhône

L’élaboration des vins blancs en vallée du Rhône

Le Nord versus le Sud


Entre Nord et Sud, du vignoble à l’élevage des vins, la palette des composantes du terroir est large. Pourtant, les vinificateurs tendent tous vers le même but : des grands blancs équilibrés et aromatiques.

Une touche de blanc au sein d’une immensité rouge
6%. C’est la part des vins blancs parmi les appellations de la Vallée du Rhône ! La région est largement dominée par le rouge : 79% des vins. Toutefois, certains blancs ont une notoriété internationale, comme Condrieu, dont le vignoble est à l’extrême nord de la région.


Une palette de cépages
Au nord de la Vallée du Rhône, seuls trois cépages : marsanne, roussanne et viognier.

Au sud, en plus de ces trois-là, les vignerons disposent de multiples variétés: grenache blanc et clairette sont souvent assemblés, bourboulenc et picpoul, et même ugni blanc et vermentino dans le Luberon et en Costières de Nîmes. Le muscat à petits grains entre dans la composition du Muscat de Beaumes-de-Venise excellent Vin doux naturel.

Deux contextes différents
Au nord, les vignobles sont sur des roches primaires issues d’un massif cristallin de plus de 300 millions d’années, le Massif Central. Au Sud, rien à voir. Ce sont des terrains sédimentaires, sables, argiles, galets roulés et calcaires des Alpes.

Le climat est semi continental au nord, tandis qu’il est méditerranéen au sud.

« L’homme, dernière composante du terroir, applique une grande variété de pratiques, afin d’obtenir, à partir d’une matière première variable, des vins aromatiques et équilibrés. Car l’équilibre du vin est crucial, entre la fraîcheur liée à l’acidité et la chaleur de l’alcool. Dans cette optique, les vinifications diffèrent, avec au Nord un travail d’élevage en barriques et une recherche de gras, de minéralité, alors qu’au Sud, l’objectif est de gagner en fraîcheur et en arômes », résume Fabien Ozanne, œnologue conseil du laboratoire Dioenos.

Au Nord, les grappes sont pressées entières, puis le jus est mis en barriques pour fermenter. Au Sud, le raisin est éraflé (on sépare les grains de raisins de leur rafle), et mis en cuves pour fermenter à basse température. Ensuite, on bloque la fermentation malolactique pour conserver de l’acidité naturelle et donc de la fraîcheur.

Au sein de la vaste Vallée du Rhône connue pour ses vins rouges, existe donc une grande variété de blancs, vin doux naturel, vins frais et aromatiques, ou puissants et onctueux, jusqu’au Saint-Péray effervescent.

©  Christophe Grilhé - Photothèque Inter Rhône