Planète Rhône

Le journal des vins de la Vallée du Rhône

« Le Grenache est un atout majeur pour l’avenir de la Vallée du Rhône »

Retour sur la table ronde de Découvertes en Vallée du Rhône 2015 2/4


On ne présente plus Philippe Cambie. Célèbre œnologue et amoureux du vin, son nom est fréquemment associé à certains des crus les plus reconnus autour de la Méditerranée. Il se dit lui-même « Terroirist » et défend l’idée de créer des vins à l’image d’un lieu.

« Les vins de terroir trouveront toujours leur place. Il ne faut pas céder à la mode, mais il faut tenir compte des modes de consommation. Aujourd’hui nous buvons les vins plus rapidement, plus jeunes. Alors il faut adapter nos produits à cette demande. »

C’est donc aux vigneronnes et aux vignerons de réconcilier l’expression du terroir avec les envies des consommateurs. Pas une mince affaire. Mais pour Philippe Cambie le Rhône possède un atout majeur : le Grenache. Avec ses rondeurs et ses fruits, ses tanins serrés et ses épices, il est en effet capable de produire des vins bons à boire jeune et bons à garder. Autre élément favorable pour préparer l’avenir, il s’adapte très bien à la cuisine asiatique…

Alors hors de question pour lui de remplacer un facteur viticole majeur comme le Grenache pour faire face à l’évolution climatique. Une évolution qui semble d’ailleurs être assez difficile à anticiper, car ces derniers millésimes étaient plutôt marqués par des phénomènes météorologiques imprévisibles que par une évolution constante vers la chaleur et la puissance dans les vins. L’adaptation du vignoble se fera lentement, en ajustant sur les bords. En attendant, il faut avancer en améliorant encore et toujours la qualité des produits tout en soignant nos terroirs. 

« Je pense que l’agriculture biologique prendra plus de place encore dans les années à venir. La vigne est une monoculture. Il y a donc plus de nécessité à s’occuper de la santé des sols, de l’environnement. Le bio me semble le plus approprié pour y arriver. »

Crédits photo : ©Thomas O’Brien