Planète Rhône

Le journal des vins de la Vallée du Rhône

Hermitage mythique et classé

Les coteaux viticoles de l'Hermitage figurent désormais au patrimoine national


Vignoble mythique, pratiques viticoles ancestrales,  paysage remarquable, les coteaux d'où jaillissent le cru Hermitage sont désormais depuis cet été « site classé » sous les critères "pittoresque et historique." 

"Dominant la commune de Tain l’Hermitage, les coteaux viticoles de l’Hermitage sont ainsi emblématiques des paysages viticoles rhodaniens et ils constituent également la vitrine de l’appellation Hermitage, l’une des plus prestigieuses appellations des Côtes du Rhône."   lit-on dans la présentation de l'Hermitage en tant que Site classé au patrimoine. Ces coteaux, situés dans le département de la Drôme, à une heure au sud de Lyon, surplombent le fleuve Rhône. A leur cime : la chapelle de Saint Christophe qui fut un temps le nom du Coteau.

Légendes et réalité

Tain Hermitage (6).jpgL'AOC Hermitage figure parmi l'une des plus anciennes : elle date de 1937. Mais l'ancienneté du vignoble remonte à plus loin encore. La fameuse chapelle Saint Christophe aurait inspiré le chevalier de Sterimberg, qui se serait installé en ermite sur la colline en 1225. Et aurait ainsi donné le nom d'Ermitage aux coteaux. Mais ces vignobles existeraient depuis l'antiquité, autour de 60 ans avant J-C, d'après des textes de Pline l'ancien, Plutarque et Colummelle. Et dans l'ouvrage "L'Hermitage selon Chave", très beau livre mêlant aussi bien Histoire, légendes, géologie ou érotisme dans ce vignoble mythique, on découvre une autre légende, celle de l'ermite fantôme. Il apparaît à chaque pleine lune, et invoque le dieu du granit pour que sa colline rejoigne enfin le massif central.

Atypique et typicité

Crozes-Hermitage (3).jpg"La présence d'un terroir granitique en rive gauche du Rhône, appartenant au massif central, est incongrue" écrit Charles Frankel à propos du vignoble de l'Hermitage, dans son excellent ouvrage "Terre de vignes". Cette spécificité, mais aussi la diversité géologique -loess, gneiss, argiles, sables sont présents-  ajoutée à une exposition ensoleillée, abritée du vent et des gelées printanières, une inclinaison et une altitude importante (entre 160 et 323 mètres) et le travail méticuleux des vignerons confèrent aux Hermitage, rouges blancs et paille, une typicité unique. Les rouges, issus de syrah en majorité, affichent des notes épicées, de sous-bois de mûre, vins complexes ils possèdent une très belle garde : entre 10 et 20 ans environ. Les blancs, structurés et de longue garde également, sont issus de marsanne et roussanne. Quant au vin de paille (vin naturellement sucré) il est autorisé, mais peu produit. 

Découvrir

Les balades dans le vignoble et dégustations permettent souvent de mieux comprendre le terroir et son influence. Plusieurs maisons organisent des visites guidées, suivies de dégustations (payantes) tel par exemple la Cave de Tain l'Hermitage, la maison Chapoutier, la maison Jaboulet et d’autres domaines situés autour de Tain l’Hermitage. Pour plus d'infos, c'est par là ! 

 

 

Bibliographie :

Terre de vignes. Charles Frankel. Edition Seuil

Hermitage selon Chave.  Edition Les Cahiers intempestifs

Histoire de la vigne et du vin. Roger Dion. Edition Flammarion

Clio dans les vignes. mélanges offerts à Gilbert Garrier. Sous la direction de Jean-Luc Mayard. Edition Presse Universitaires Lyonnaises

 

Anecdote 

En 1791, un grand voyageur, Thomas Jefferson, pas encore président des Etats-Unis, mais seulement ambassadeur américain en France, oenologue averti et amateur de vins français, décrit le vin de « l’Hermitage » comme « the first wine in the world without exception » (le premier vin au monde sans aucune exception). Quand il devient le troisième Président des Etat-Unis, il importe régulièrement des vins de « l’Hermitage » et écrit en 1817, qu’il réserve le vin blanc de « l’Hermitage » seulement pour les grandes occasions : « it being chiefly for a bonne bouche » (en Français dans le texte).

Extrait du cahier des charge de l'AOC