Planète Rhône

Le journal des vins de la Vallée du Rhône

Déguster un grand cru, une question d’ambiance

Paroles de sommelier


Carafer ou ne pas carafer ?

Faut-il ouvrir le vin à l’avance ? Le carafer ? La plupart des vins se servent à la bouteille. Mais carafer développe les arômes des vins jeunes et laisse au fond de la bouteille les éventuels dépôts des vins rouges. Il suffit de transvaser délicatement le vin dans une carafe, peu de temps avant le repas. En revanche, un vieux millésime, exigera plus de délicatesse: mieux vaut simplement laisser la bouteille debout depuis la veille, que le vin décante doucement.

La bonne température

« Chambrer » un vin c’est le mettre à 15°C, car l’expression remonte à l’époque où les chambres n’étaient pas chauffées… Mais attention, pas en–dessous, car le froid rend le vin moins aromatique et les tanins plus agressifs. Au-delà de 20°C, l’alcool du vin prend le dessus et risque de gêner la dégustation. Mieux vaut donc servir entre 15 et 18°C.

Un grand blanc se déguste autour de 12 à 14°C, ou plus froid pour un vin doux naturel comme le Muscat de Beaumes-de-Venise ou le Rasteau.

Le verre a son importance

Pour s’en rendre compte, faites l’expérience vous-même ! Dégustez le même vin dans deux verres de formes bien distinctes. Parions que vous ne le percevrez pas de la même façon. L’idéal est un verre à pied, afin de ne pas réchauffer le vin en le prenant en main, muni d’un fond évasé et d’un col resserré, comme la forme d’une tulipe. 

Et puis… l’ambiance !

La dégustation est une expérience multi-sensorielle. Elle met en jeu tous nos sens simultanément. Une ambiance chaleureuse participe à l’appréciation du vin, c’est prouvé. Evitons les lumières blanches et froides ! Une étude a même montré qu’on jugeait le vin meilleur en présence de musique classique que de rock.

 

Fort de ces conseils, reste à marier ces grands crus aux plats qui nous font saliver, comme des coquelets laqués aux deux poivres et miel… Ou d’oser l’alliance d’un beau rouge avec le dessert au chocolat !