1. Mourvèdre

    Rude, mais chaleureux et inégalable, il donne un vin puissant, ample, tannique et pourtant d’une grande finesse.

    Un original qui a de l’avenir…

    Mystérieux quant à ses origines et longtemps considéré comme simple cépage d’appoint, le Mourvèdre est désormais largement cultivé en vallée du Rhône méridionale, sur les coteaux surchauffés du Sud. Rude, mais chaleureux et inégalable, il donne un vin puissant, ample, tannique et pourtant d’une grande finesse. Incontournable, il semble réserver encore de belles surprises… et possède depuis 2002 son propre « Conservatoire du cépage Mourvèdre ».

    Nos appellations

  2. Dans le verre

    Une forte personnalité

    Ce cépage à forte personnalité, souvent sous estimé, donne un vin très coloré, corsé et structuré. Ses tanins sont serrés, d'excellente tenue, pour les vins rouges. Jeunes, ses vins dégagent des arômes de poivre et de fruits noirs (cassis, mûre) avec des touches végétales de garrigue ou de laurier. En vieillissant (environ 5 ans), ils s’épanouissent vers des notes plus rondes et des arômes plus complexes. A la dégustation apparaissent alors des touches de truffe, de cuir, de fruits confiturés (pruneau, mûre et myrtille), mais aussi de beaux effluves de gibier et d’épices. En rosé, il prolonge la fraîcheur et enrichit les arômes.

  3. Et la terre

    Une histoire mystérieuse

    Si l’histoire précise du Mourvèdre reste mystérieuse (quelques sources imprécises relatent sa présence il y a 4 siècles), il semble pourtant qu’il nous vienne d’Espagne. On lui suppose un lien avec le cépage Mataro, qui y est très cultivé, notamment en Catalogne. Son nom français pourrait être un dérivé du nom de la commune Murviedro, située dans la province de Valence. La seule certitude que nous ayons est qu’il fût toujours cultivé dans le Sud, Sud-est de la France et que ses surfaces de productions étaient beaucoup plus vastes avant la crise du phylloxéra. Pour le rencontrer dans les terroirs rhodaniens, rendez-vous – entre autres - à Chateauneuf-du-Pape et en Beaumes de Venise…

  4. En balade

    Rude, mais généreux

    Jusque dans ses grappes, le Mourvèdre a un port droit et une peau épaisse. Ses grappes compactes sont moyennes à grandes, de forme coniques, étroites et parfois ailées. Ses baies sont moyennes, sphériques, avec une pellicule épaisse, noir bleuté. Sa chair fondante révèle une pulpe juteuse à la saveur âpre. La particularité de ce cépage est son débourrement très tardif, ainsi que sa maturité. Pour atteindre cette dernière, qui est assez lente, il a besoin de beaucoup de chaleur et de lumière sur une longue période. C’est un plant vigoureux, qui s’adapte bien aux sols pauvres et qui supporte les vents du sud. Ses rendements peuvent être très élevés, aussi il exige une bonne maitrise de la taille.