Valréas

Côtes du Rhône Villages

Capitale de l’Enclave des Papes.

  1. "Epanouie, telle une île dans la Drôme provençale, l’enclave de Valréas dévoile un environnement d’où naissent des vins tendres, caressants, au charme sensuel, discret, mais tenace."
    Christophe Tassan

    Sommelier Ambassadeur du Rhône

    Après son élection en 1317 à Lyon, le pape Jean XXII, très malade, au cours d’une étape sur le chemin d’Avignon, goûta un vin de Valréas. « Il s’en trouva fort ragaillardi » et même très vite guéri. Pour en disposer à volonté, il acheta la cité au Dauphin du Viennois. D’une pierre deux coups : cela lui faisait en plus une place forte importante entre ses états d’Avignon et du Comtat Venaissin, ceux des Dauphins du Viennois et ceux des Comtes de Provence, très vindicatifs en cette époque troublée. Plus tard, il prit possession de Richerenches et de Visan. L’enclave des Papes était née ! De ce passé, Valréas a conservé le titre de capitale de l’Enclave des Papes. De nos jours, elle est encore un canton du Vaucluse totalement cerné par la Drôme.
    Quant à son vignoble, il doit cette aura, qui séduisait le Pape, à l’exposition de ses coteaux : au Nord, au couchant et en altitude. Les terrains à dominante argileuse conservent ainsi fraîcheur, humidité et sont moins sensibles à la sécheresse que ceux soumis aux ardeurs du soleil. Un autre élément lui apporte sa tonalité : le courant d’air froid en provenance des pré-Alpes qui vient rafraîchir les vignes. Résultat, les vins rouges de Valréas s’expriment sur les fruits rouges, framboise, groseille, cassis et jouent dans le registre de la finesse, du soyeux et de la fraîcheur, laquelle leur procure un exceptionnel potentiel de garde. Les blancs sont gras et aromatiques. Les rosés se montrent très fruités.

    Cépages et saveurs




    L’assemblage des vins rouges de l’AOC doit contenir 50% de grenache minimum, accompagné de 20% minimum de syrah et/ou de mourvèdre. Ce sont des vins de grande garde qui peuvent vieillir plus de dix ans.

    Les vins blancs de l’appellation doivent contenir au minimum 80% des cépages suivants : grenache blanc, clairette blanche, marsanne blanche, roussanne blanche, bourboulenc blanc, viognier blanc. Ils sont frais, à boire jeunes.
    Le degré alcoolique minimum que doivent atteindre les vins rouges de l’appellation est de 12,5°. Pour les rosés et des blancs il est de 12°.

  2. Histoire

    Le site de la commune a sans doute été habité dès l’époque gallo-romaine, comme le laissent envisager des fragments de sculptures et quelques tombes trouvées ici.

    La fondation de Valréas remonte au IXe siècle, au début du règne de Charlemagne. Un certain Valère installa son domaine sur les bords de la Coronne, à l’endroit de la ville actuelle. Avec le temps, ce grand domaine a été réuni avec le prieuré voisin dédié à saint Vincent, le saint patron des vignes, pour donner naissance au premier bourg.

    C’est le pape Jean XXII qui acheta le domaine à Humbert de Montauban en 1317. La légende rapporte qu'en revenant de Lyon après son élection, le Pape très fatigué retrouva la santé grâce au vin de Valréas. Il décida alors d'annexer ces terres, sources de miracle. Valréas devint ainsi la capitale de l'Enclave des Papes jusqu'à la Révolution.

    Le vignoble a été consacré Côtes du Rhône Villages Valréas en 1967.



    Voir le cahier des charges de l'appellation (INAO)

    1967
    Création de l'AOC Valréas
  3. Géographie

    Le vignoble s'étend sur les communes de Valréas et de Sarrians dans le département du Vaucluse.

    Climat

    Climat de type méditerranéen sous l'influence du vent des Alpes.

  4. Sols

    Coteaux en terrasses d'argile rouge, plus ou moins caillouteux.

  5. Les chiffres de Valréas

    Superficie de
    production

    479 hectares

    Production totale

    12 484 hl

    Couleurs

    • 99% Rouge
    • 1% Blanc

    Rendement
    moyen annuel

    33 hl/ha

    *Chiffres de l'exportation selon la dernière étude de flux

    Source : déclaration de récolte 2013