Séguret

Côtes du Rhône Villages

Adossé à une colline, ce village est classé « plus beau village de France »

  1. Adossé à la colline pour mieux protéger ses vignes, Séguret offre des vins jumeaux à sa physionomie. Bâtis, construits, structurés, résistants au temps. A l’allure exceptionnelle. Livrant jalousement des parcelles d’histoire.
    Christophe Tassan

    Sommelier Ambassadeur du Rhône

    Séguret, c’est un village qui monte ! Adossé à une colline, classé « plus beau village de France », il exige des qualités de bon marcheur pour parvenir jusqu’à son sommet. Ruelles étroites, maisonnettes en pierre, placettes ensoleillées… À l’arrivée, un lieu qui a conservé tout son charme d’antan : Séguret ne signifie-t-il pas « sûr » en provençal ? Au-delà, c’est aussi la côte de popularité de ce village, communal depuis 1967, qui grimpe dans le cœur des amateurs.
    Moins puissants que leurs proches voisins, Cairanne, Rasteau, ou encore Plan de Dieu, les vins rouges jouent davantage l’élégance et la fraîcheur, si appréciables dans ces vignobles sudistes. Ils combinent, pour la plupart, les trois terroirs de l’appellation : les terrasses fertiles de la vallée de l’Ouvèze, les coteaux argilo-calcaires qui enserrent le village, et, à l’arrière de ce dernier, des coteaux plus pauvres composés de banquettes arides souvent escarpées. Une diversité de sols que les vignerons marient dans leurs assemblages pour donner à leur nectar la complexité et l’équilibre requis par les canons de l’appellation. Les rosés et les blancs invitent aussi à la fraîcheur. Ils se déclinent sur les fruits exotiques et les fleurs blanches.

    Cépages et saveurs




    Les vins rouges de l’AOC sont constitués de plus de 70% de grenache, accompagné de syrah et de mourvèdre (20% de l’assemblage au minimum). Ce sont des vins à la robe rouge sombre, profonde, et aux reflets chatoyants. Le nez marque des notes de vanille et de moka, suivies d’arômes de confiture et de réglisse. La bouche est grasse et concentrée en attaque, ensuite les tanins persistent sur des notes torréfiées.

    L’encépagement des rosés doit s’appuyer sur une majorité de grenache, associé à la syrah et au mourvèdre (plus de 20% de l’assemblage), et aux autres cépages admis par l’appellation (cinsault...) limités à 20%. Cela donne ici des vins tranquilles à la robe rose chair. Le nez joyeux associe le bonbon anglais et les fraises écrasées, sur une bouche grasse aux arômes de fruits rouges.

    Les vins blancs de l’appellation sont constitués majoritairement de roussanne et de marsanne. Ce sont de jolis vins à la robe jaune paille et au nez doux, très floral, avec des notes de pêche blanche, de poire et des arômes d'agrumes. La bouche est très grasse en attaque avec une belle finesse aromatique.
    Le degré alcoolique minimum des vins de l’appellation doit atteindre 12,5% pour les rouges et 12% pour les rosés et les blancs.

  2. Histoire

    Les traces de colonisation romaine à Séguret apportent les premiers indices sur la culture de la vigne dans la région. On y a trouvé un autel à Silvain, le dieu au maillet de tonnelier. Avec la charte de fondation du monastère de Prébayon en 611, la présence de vignobles dans la région trouve sa première attestation documentaire.
    Séguret a vu sa vocation viticole se développer, dès le Xe siècle, sous l'autorité des Comtes de Toulouse puis des Princes d'Orange. Au XIIIe siècle le Comtat devient terre papale. Les écrits de l’époque mentionnent le vin de Séguret comme ‘vin de requête’, grâce à sa renommée.
    La première confrérie de vignerons à placer à sa tête une femme, la ‘baylesse’, a été créée à Séguret en 1685. Les vignerons de Séguret l’ont fait renaître en 1985 sous le nom de la Confrérie des Chevaliers du Gouste-Séguret Compagnons de Saint-Vincent.

    Le vignoble a été consacré par l’appellation Côtes du Rhône Villages Séguret en 1967.


    Voir le cahier des charges de l'appellation (INAO)

    1967
    Création de l'AOC Séguret
  3. Géographie

    Il s'étend tout entier sur la commune de Séguret, au pied des Dentelles de Montmirail, dans le département du Vaucluse.

    Climat

    Climat de type méditerranéen sous l'influence du Mistral.

  4. Sols

    Coteaux et terrasses argilo-calcaires, terrains caillouteux.

  5. Les chiffres de Séguret

    Superficie de
    production

    442 hectares

    Production totale

    16 898 hl

    Couleurs

    • 92% Rouge
    • 4% Blanc
    • 4% Rosé

    Rendement
    moyen annuel

    38 hl/ha

    *Chiffres de l'exportation selon la dernière étude de flux

    Source : déclaration de récolte 2016