Luberon

Les vignes s’épanouissent ici depuis l’Antiquité.

L’implantation du vignoble a une altitude qui varie entre 200 et 450 mètres, permet d’avoir une grande amplitude thermique dans la journée qui confère au vin toute sa fraîcheur.

  1. Sauvage et indomptée, la terre du Luberon accepte la main de l’homme pour laisser s’épanouir la vigne. Sous cet aspect nature, les vins aiment à dévoiler leurs charmes purs et particuliers.
    Christophe Tassan

    Sommelier Ambassadeur du Rhône

    Le Luberon est l’un des vignobles les plus méridionaux de la Vallée du Rhône. Lieu emblématique de la Provence, la région regorge de trésors architecturaux : cathédrale, châteaux, villages perchés et bâtisses de style Renaissance … Son charme et sa douceur de vivre ont ainsi attiré de nombreux artistes, à l’instar de Picasso, André Lhote, Nicolas de Staël , Camus…
    Les vignes s’épanouissent ici depuis l’Antiquité. Elles ont pris possession d’une nature préservée au sein du Parc Naturel régional. Tout en bénéficiant de la douceur du climat méditerranéen, les vins gardent ainsi une finale fraîche. L’implantation du vignoble a une altitude qui varie entre 200 et 450 mètres, permet d’avoir une grande amplitude thermique dans la journée qui confère au vin toute sa fraîcheur. Elles se retrouvent ainsi dans des blancs à la belle élégance, et auxquels le cépage cépage vermentino apporte ses aromes d’agrumes. Si l’appellation produit des vins des trois couleurs, les rosés dominent... Ils sont aromatiques, empreints de finesse et de vivacité. ..

    Cépages et saveurs




    Les vins de l’AOC Luberon sont obligatoirement issus de l’assemblage de plusieurs cépages. Les rouges et les rosés sont composés à partir de syrah et de grenache noir, complétés de mourvèdre, et de cinsault.
    L’AOC Luberon rouge est rond en bouche, fruité et gourmand, avec des arômes de cassis, mûres, framboises... Certaines cuvées apportent des notes poivrées mais sans se départir de la fraîcheur qui caractérise l’appellation.

    Les vins rosés, d’une grande fraîcheur, présentent un joli dégradé de roses, du rose très pale au rose vif. Ils marquent en bouche par des arômes de fruits rouges typés (fraise, groseille) ou des notes plus exotiques.

    Les vins blancs contiennent du grenache blanc, de la clairette blanche, du vermentino, du bourboulenc, de la roussanne, de la marsanne, de l’ugni blanc et du viognier. Ces assemblages confèrent aux vins blancs de l’appellation de la vivacité et de l’élégance. Ils déploient une très belle palette aromatique allant du pamplemousse à la pêche pour les senteurs fruitées et du miel au pain grillé pour les cuvées plus complexes.

  2. Histoire

    Le Luberon a une riche histoire derrière lui, qui remonte à la civilisation de Lagoza, vieille de 5000 ans. Des stèles anthropomorphes témoignent de la présence de ces premiers agriculteurs dans la région. L’histoire de la viticulture dans le Luberon remonte à l’Antiquité où la vigne fut implantée. Si les colons grecs amenèrent avec eux du vin et sans doute les premiers ceps de vigne, ce sont les Romains qui développèrent les vignobles, surtout dans le pays d’Aigues.
    Un bas-relief représentant des tonneaux, le premier à faire référence à ce type de contenants, a été trouvé à Cabrières -d'Aigues. On a également retrouvé dans la région des récipients vinaires (amphores, bonbonnes) qui ressemblent à ceux de la stèle de Cabrières. Le « ‘Trésor d'Apt »’ du Musée Calvet d'Avignon est le plus bel ensemble connu de bronzes vinaires (du IIe et du IIIe siècles) après ceux de Pompéi.
    Au cours du Moyen âge, les domaines viticoles du Luberon connaissent un essor important sous le règne des papes d’Avignon. Après des épisodes plus ou moins fastes sous la Renaissance et pendant l’époque moderne, le développement du vignoble s’accroît à la fin du XIXe siècle, puis entre les deux guerres.

    À partir des années 70, d’importants travaux de modernisation du vignoble ont été réalisés par les vignerons de l’appellation. Ces efforts mèneront à l’obtention de l’appellation d’origine contrôlée Luberon en 1988.


    Voir le cahier des charges de l'appellation (INAO)

    1988
    Création de l'AOC Luberon
  3. Geographie

    Le vignoble s’étend sur 36 communes au sein du parc naturel régional du Luberon dans le département du Vaucluse. Délimité par le Calavon au nord et la Durance au sud, il s’étale sur les deux versants du massif du Luberon, à l’exception de la Combe de Lourmarin qui sépare les massifs du grand et du petit Luberon.

    Le parc naturel régional du Luberon a été admis par l’UNESCO en 1997 dans le réseau mondial des réserves de biosphère. Pour son exemplarité dans l’équilibre atteint entre le développement économique et la préservation d’une nature riche et sauvage, le parc a été également promu par l’UNESCO au rang de « modèle vécu » du développement durable.

    Climat

    Climat d'influence méditerranéen, influencé par l’altitude qui favorise de fortes amplitudes thermiques. Avec environ 2 600 heures d’ensoleillement par an, le Luberon est l’une des régions françaises les plus ensoleillées, ce qui permet une bonne maturation de cépages blancs. La nette baisse de température pendant la nuit permet à la vigne de se réhydrater et renforce le caractère des cépages rouges.

  4. Sols

    diversifiés, situés en moyenne altitude (200 et 450m) avec des sables du miocène dans le pays d’Aigues, des éboulis calcaires au pied de la montagne, et de l’argile rouge caractéristique dans la région d’Apt.

  5. Les chiffres du Luberon

    Superficie de
    production

    3 317 hectares

    Production totale

    139 848 hl

    Couleurs

    • 26% Rouge
    • 21% Blanc
    • 53% Rosé

    Commercialisation

    146 956 hectolitres

    Exportation*

    35% export international

    Rendement
    moyen annuel

    42 hl/ha

    *Chiffres de l'exportation selon la dernière étude de flux

    Source : déclaration de récolte 2013