Hermitage

Un cru de légende…

Une colline et une histoire légendaires ont bâti, au fil des siècles, la réputation mythique de ce grand cru.

  1. Imposant sa stature, l’Hermitage domine. Sans prétention. Puissant, indestructible.
    Christophe Tassan

    Sommelier Ambassadeur du Rhône

    Un cru de légende… Une colline et une histoire légendaires ont bâti, au fil des siècles, la réputation mythique de ce grand cru. Au commencement, la colline accueille un ermitage fondé en 1224 par Gaspard de Stérimberg. Ce chevalier de Blanche de Castille, de retour de la croisade des Albigeois - et las de les pourfendre, choisit le sommet de cette colline granitique pour se retirer du monde. Bientôt rejoint par d'autres, la communauté s’applique à planter des vignes... Jolie histoire, mais qui fait oublier que l’Hermitage ne doit en réalité que son nom à l’ermite : le vignoble existe déjà dans l’antiquité, avec les fameux vins de Vienne. L’exceptionnel «vin de paille » remis à l’honneur par certains vignerons serait d’ailleurs l’héritier direct des méthodes de vinification gallo-romaines…

    Cépages et saveurs




    Le vin rouge, à base de Syrah, peut recevoir un ajout de 15 % de Roussanne et de Marsanne. Sa robe est d’un rouge rubis profond et soutenu. En prenant de l’âge, ce vin puissant, charnu et vigoureux acquiert alors une étonnante rondeur et une grande souplesse. Dotés d’une grande capacité de vieillissement, les meilleurs millésimes gagnent en finesse et en harmonie au fil du temps et développent d’exquises notes de violette, d’épices et de cassis.

    Issus des cépages Marsanne et Roussane, les Hermitage blancs, à la superbe robe jaune doré sont d’une rare onctuosité. Ils développent des arômes crémeux et mielleux de noisette, de pêche et d’abricot et on y décèle même des fragrances d’iris, de narcisse et de tilleul. Leur potentiel de garde se compte en dizaines années.

  2. Histoire

    Déjà appréciés par les romains sous le nom de “vins de Vienne” (comme ceux de Côte-Rôtie), les vins de l’Hermitage prennent ensuite le nom de “vins du coteau de Saint-Christophe”, en raison de la présence d’une chapelle dédiée au Saint. Il semble que le nom d’Hermitage ne soit apparu qu’au XVIIème siècle, en souvenir du chevalier Henri Gaspard de Sterimberg qui, au XIIIème siècle au retour des croisades albigeoises, a décidé de vivre en ermite sur cette colline cédée par Anne de Castille, reine d’Espagne. Il y aurait réimplanté un vignoble qui, depuis, a successivement pris le nom d’Ermitage, puis d’Hermitage. Ce n’est que le début de son succès : on raconte aussi que sous le règne de Louis XIV, l'Hermitage était le vin préféré des Tsars de Russie...
    La liste de ses amateurs est aussi illustre qu’incomparable : elle compte, entre autres, Henri IV, Boileau, Louis XIII et surtout Louis XIV, Nicolas II et Alexandre Dumas …
    L'Hermitage a été consacré A.O.C. locale en 1937.


    Voir le cahier des charges de l'appellation (INAO)

    1937
    Création de l'AOC Hermitage
  3. Géographie

    Le vignoble de l’A.O.C. s'étend sur trois communes de la Drôme : Tain-l'Hermitage, Crozes-Hermitage et Larnage, sur la rive gauche du Rhône.

    Climat

    Climat d'influence méditerranéen. Abrités du vent du nord, la plupart des coteaux sont orientés au sud et bénéficient d’un bon ensoleillement.

  4. Sols

    Ce terroir historique est constitué d'arènes granitiques recouvertes de micaschistes et de gneiss, mais aussi de plages de cailloux ronds alluvionnaires (diversité qui explique la présence de lieux-dits dans l'Appellation : Bessards, Greffieux, Méal, Rocoule, Beaumes etc...)
    La colline de l'Hermitage se subdivise en trois parties. En partant de l'ouest sur la rive gauche, on trouve tout d'abord les Bessards, terroir au sol granitique et très accidenté. Il est considéré comme le terroir des rouges sur l'appellation. C'est sur ce coteau qu'on trouve la chapelle de l'Hermitage ainsi que le célèbre vignoble de l'Ermite.
    Ensuite, la partie centrale se divise en deux : sur la partie supérieure, dite le Méal, le sol est calcaire et siliceux avec en surface des galets roulés. Il produit les vins les plus solaires de l'appellation grâce notamment à son exposition plein sud. Sur le bas, désigné sous le nom des Greffieux, la terre, issue du ravinement, est relativement plus fertile.
    Enfin, les quartiers des Murets et des Dionniers possèdent un sol argileux et une pente beaucoup moins accentuée. Son confinement à l'est est cependant un grand terroir de blancs.

  5. Les chiffres d' Hermitage

    Superficie de
    production

    137 hectares

    Production totale

    3 292 hl

    Couleurs

    • 76% Rouge
    • 24% Blanc

    Rendement
    moyen annuel

    24 hl/ha

    *Chiffres de l'exportation selon la dernière étude de flux

    Source : déclaration de récolte 2016