Côte-Rôtie

Ici, pas de pente douce

Les vins de Côte-Rôtie tirent leur nature de l‘extrême verticalité des coteaux de l’appellation

  1. Modèle d’organisation, Côte-Rôtie n’est que finesse et élégance, charme à l’état pur, sculpture du temps et du savoir. Côte-Rôtie l’époustouflante.
    Christophe Tassan

    Sommelier Ambassadeur du Rhône

    Ici, pas de pente douce : sur la rive droite du Rhône, les vins de Côte-Rôtie tirent leur nature de l‘extrême verticalité des coteaux de l’appellation, parfois inclinés à plus de 60 degrés.

    Le vignoble, très étroit, est implanté sur des terrasses larges de quelques dizaines de ceps seulement. Située à quelques kilomètres de Lyon, c'est l’appellation la plus septentrionale de la Vallée du Rhône. Côte-Rôtie est élevé, élaboré et protégé par la centurie de Probus. Une centaine de vignerons passionnés qui œuvrent sur le vignoble et ses 60 domaines.
    Ce cru prestigieux nait de la Syrah, qui, associée au viognier, permet l’expression d’une très grande délicatesse aromatique et de tanins d’une finesse remarquable.
    Sa belle robe rubis, son nez complexe et élégant d’épices, de fruits rouges ou noirs et de violette, sa charpente et son caractère racé en font un vin très recherché… En janvier, le Marché aux vins d’Ampuis, est depuis 1928 LE rendez-vous incontournable de l’appellation.

    Cépages et saveurs




    Côte-Rôtie est le seul cru rouge des Côtes du Rhône du Nord à pouvoir complanter du Viognier (jusqu’à 20%) à la Syrah. La Syrah, donne des vins de qualité, très colorés et riches en tannins. Le viognier apporte à la Syrah finesse et arôme. La robe du cru est profonde et de couleur rubis.

  2. Histoire

    Il y a deux mille ans déjà, les auteurs latins Martial, Pline l'Ancien, ou le grec Plutarque célébraient le vin de Côte-Rôtie sous le nom de « vin viennois ». Les premiers documents écrits précis concernant Ampuis et la Côte-Rôtie datent ainsi du VIe siècle.
    Durant le Moyen-Age et la Renaissance, la réputation des vins d'Ampuis s’accroit encore et au XVIIIe siècle, on note des envois de vins de Côte-Rôtie vers les tables princières d'Angleterre, de Russie, de Prusse et bien sûr de France. Le vignoble atteint son apogée en 1890 ; les moindres replis de coteaux exposés au soleil sont cultivés.
    Alors qu’il a résisté aux attaques du phylloxéra et autres maladies, la grande guerre de 1914-1918 emporte cent cinquante des vignerons du vignoble, condamnant une partie des coteaux à l'abandon.
    En 1960, il ne restait qu’une soixantaine d’hectares en production. Les années 1980 signent le véritable renouveau du vignoble. L’appellation connaît un nouveau dynamisme et acquiert une notoriété internationale.

    Voir le cahier des charges de l'appellation (INAO)

    1940
    Création de l'AOC Côte-Rôtie
  3. Géographie

    Le vignoble de Côte-Rôtie se situe sur les coteaux de la rive droite du Rhône et couvre trois communes de production : Saint-Cyr sur Rhône, Ampuis et Tupin-Semons. Le vignoble se situe entre 180 et 325 mètres d'altitude. Il compte 73 lieux-dits classés.

    Climat

    L'appellation, exposée au sud et très peu sensible aux vents du nord, présente les caractéristiques d’un climat continental tempéré qualifié de "Lyonnais" : les hivers sont tempérés, les étés chauds et les précipitations relativement régulières. L’influence « méditerranéenne » se fait sentir par un vent du sud « desséchant ».

  4. Sols

    Très abruptes, les pentes des coteaux de Côte-Rôtie peuvent parfois dépasser les 60 degrés. La quasi-totalité de ses vignes étant située sur des roches métamorphiques, ce sont la pression et la température - plus élevées dans le sud de l'appellation, qui ont favorisé la création de trois terroirs distincts : au nord, des micaschistes, au sud, du Gneiss et à l'extrême sud-est, des migmatites.
    En Côte-Rôtie, la roche mère présente de nombreuses fractures permettant aux racines des vignes de puiser l'eau et leurs éléments nutritifs.

  5. Les chiffres de Côte-Rôtie

    Superficie de
    production

    276 hectares

    Production totale
    en 2013

    8 884 hl

    Couleurs

    • 100% Rouge

    Commercialisation

    9 621 hectolitres

    Exportation*

    29% export international

    Rendement
    moyen annuel

    32 hl/ha

    *Chiffres de l'exportation selon la dernière étude de flux

    Source : déclaration de récolte 2013